Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Mon Finistère
  • Mon Finistère
  • : Les coups de cœur de Martine en Finistère.
  • Contact

Profil

  • Martine
  • Journaliste, je parcours le Finistère à la rencontre de ses habitants, de ses acteurs économiques et institutionnels, de ses paysages... J'ai eu envie de faire partager mes coups de cœur.
  • Journaliste, je parcours le Finistère à la rencontre de ses habitants, de ses acteurs économiques et institutionnels, de ses paysages... J'ai eu envie de faire partager mes coups de cœur.

Recherche

Archives

Catégories

25 février 2011 5 25 /02 /février /2011 12:52

Tourdum1.JPG

Tourdum2.JPG

Tourdum3.JPG

C'est le repaire des marins brestois, mais pas seulement. Dominant le port de plaisance du Moulin blanc, le bar-restaurant le Tour du monde ("Tourdum" pour les intimes) est aussi une escale pour les promeneurs de l'après-midi et un lieu de fête pour les noceurs du samedi soir. Il a été créé en 1993 par le navigateur Olivier de Kersauson et ses équipiers. On y sert des moules frites sur des grandes tablées à partager. La terrasse a une vue imprenable sur le port.

C'est au designer de Plabennec Gildas Peton que l'on doit une grande partie de la décoration : les lettrages sur le bar (photo 1), la fresque du rez-de-chaussée (photo 2), la carte avec les fuseaux horaires (photo 3), la numérotation des tables façon immatriculation de bateau, le mur d'indications multilingues des toilettes... Ce touche-à-tout du design, de retour au pays après un beau début de carrière à Paris et au Canada, aime mettre en scène les produits, les lieux, les événements. Ses créations habillent tout aussi bien des maisons particulières, que des boutiques, des restaurants, des immeubles de bureaux...

 

Repost 0
20 février 2011 7 20 /02 /février /2011 07:36

arrietty_3D.jpg

 

La harpiste et chanteuse à la voix d'ange finistérienne Cécile Corbel vient de vivre un joli conte de fée. Fan des réalisations du studio d'animation japonais Ghibli (Le Château dans le ciel, le Tombeau des lucioles, Princesse Mononoké, Le voyage de Chihiro, Ponyo sur la falaise...), elle lui avait envoyé une démo de sa musique qui a séduit les producteurs du film Arriettty, le petit monde des chapardeurs. Ils lui en ont confié toute la bande originale. Le CD est magnifique, tout en légèreté et en gaieté. C'est incroyable à quel point la harpe celtique de Cécil Corbel sait nous transporter de l'autre côté du monde sur les terres d'Asie, tout en restant profondément enracinée dans les références musicales d'ici.

Pour découvrir le film et rencontrer Cécile Corbel, rendez-vous le 3 mars au cinéma Le Club à Douarnenez, le 4 à La Bobine à Quimperlé, le 5 à l'Espace culturel de Gouesnou, les 18 et 19 au cinéma Le Goyen à Audierne, le 19 à la Fnac de Brest... Les autres dates en France sont sur son site internet.


Repost 0
13 février 2011 7 13 /02 /février /2011 17:00

crepes

 

C'était lors d'une très sympathique soirée entre amis il y a quelques jours : nous nous sommes retrouvés autour de deux billigs pour déguster les crêpes de Rolland. Pas n'importe quelles crêpes, non. Les crêpes de Rolland Péron (à droite sur la photo). Ce bonhomme extraordinaire, agriculteur à Riec, chanteur en breton, connu comme le loup blanc, fait les crêpes comme personne en les assaisonnant de ce qu'il faut de bonnes histoires, puisées dans son foisonnant quotidien. Il faut voir Rolland battre la pâte à pleine main, en grands gestes énergiques !

Il était accompagné ici, à la "table de mixage", de Bernard Néliaz (avec le beau tablier rouge), autre spécialiste de la krampouz. Tous deux m'ont donné ma première leçon de confection de crêpes : ce n'était pas une mince affaire ! Cela a l'air si simple, à les regarder, de manier le râteau (Sken, en breton) et la spatule ('Nafkel Krampouez ), et c'est en fait tellement difficile pour les néophytes... Le secret ? Ne pas essayer de tourner sa pâte en une seule fois mais procéder par petit coups de râteau. On en fait des machins hideux avant de réussir à former un joli cercle !

Mais quand elles sont bien faites, avec du beurre dedans, n'y a-t-il pas rien de meilleur ?

 

Repost 0
5 février 2011 6 05 /02 /février /2011 08:00

  Orfevrerie.jpg

 

Cette petite merveille, qui m'a été prêtée quelques jours par des amis bannalécois amoureux des belles choses, est une réalisation de l'Orfèvrerie de l'Hermine, c'est le modèle Triskell, décliné sur toute une ménagère. L'atelier quimpérois commercialise ainsi des pièces d'art de la table, mais le plus souvent de l'ancien restauré. Christophe Prime Cotto y remet en état les objets en métal argenté ou en argent massif : polissage, débosselage, ré-argenture... Formé à l'école Tané de Ploërmel (Morbihan), ce jeune orfèvre apprécie de « participer à la sauvegarde d'un patrimoine qui a souvent une valeur affective, et d'entrer ainsi dans l'intimité des gens par le lien qui les attache à un objet ». Il est intarissable sur son beau métier qui lui offre chaque jour l'occasion de manipuler de magnifiques pièces d'argenterie. Certaines sont très originales : il m'a montré par exemple des pinces à asperges (comble du raffinement), dont j'ignorais même l'existence !

Repost 0
30 janvier 2011 7 30 /01 /janvier /2011 09:49

attrape.jpg

Cet album est si beau que l’on comprend pourquoi sa première édition, en 2001, a été très vite épuisée ! Coop Breizh a donc ressorti l’ouvrage, sous le label jeunesse Beluga. Attrape-moi aussi un poète est un recueil de fables de Gérard Le Gouic, qui vit à Rosporden. Elles mettent en scène des animaux du quotidien qui n’ont pourtant rien de commun : un pigeon voyageur en reconversion, un corbeau albinos, un renard trop sensible, un escargot escaladeur, une fourmi pressée…

« Le ciel bleu d’une cage est toujours gris » dit le perroquet de Gérard Le Gouic. Mais l’univers du poète est, lui, plein de couleurs. Ses historiettes racontent des petites aventures toutes simples, dont les mots sont choisis avec grâce.

Bernard Jeunet, créateur d’images pour l’édition jeunesse, la presse magazine et la publicité, donne corps aux personnages et représente les paysages dans de magnifiques illustrations en papiers sculptés. Tout aussi poétiques que les textes, elles les accompagnent avec beaucoup de délicatesse. 

Attrape moi aussi un poète, Gérard Le Gouic et Bernard Jeunet, éditions Coop Breizh, 56 pages, 16,50 euros.

 

Repost 0
25 janvier 2011 2 25 /01 /janvier /2011 14:45

  Nolwenn.jpg

 

Cet album est actuellement la meilleure vente de disque sur le marché français ! Et il est fait pour  moitié de chansons en langue bretonne. Un très beau succès dont on n'aurait pas osé rêver, même si les chansons reprises sont des tubes immenses dans notre région. La chanteuse Nolwenn Leroy revendique de belle manière ses origines finistériennes (elle est né à saint-Renan) et les porte sur toutes les antennes de radio et les plateaux de télé. Je crois à la sincérité de cette démarche : on ne se sent jamais si proche du pays que lorsqu'on s'en est éloigné, j'en ai fait l'expérience en vivant quelques mois à Paris. J'aime d'ailleurs beaucoup sur cet album le titre Je ne serai jamais ta parisienne écrit par Christophe Miossec et Didier Squiban (je suis un peu moins fan de sa version du Bagad de Lann Bihoué, qui manque de punch à mon goût, je préfèrais la version de Soldat Louis). Et vous, qu'en pensez-vous ?

Repost 0
22 janvier 2011 6 22 /01 /janvier /2011 10:01

Trevignon-etang.jpg

Trevignon-mer.jpg

 

Un très joli lieu de promenade entre eau douce et eau salée : la zone naturelle de Trévignon sur la commune de Trégunc. D'un côté, sept étangs (Loc'h en breton, ça vous rappelle quelque chose ?) et des prairies humides. De l'autre, l'océan et les plages de Pen Loc'h, Kerouiny, Pendruc. Les deux milieux sont séparés d'un cordon dunaire de 6 km de long entre la Pointe de Trévignon et la Pointe de la Jument.  Des vestiges de blockhaus de la seconde guerre mondiale y imposent leur présence lourde et encore un peu inquiétante.

Au-delà des plus visibles oyats et roseaux, le site abrite de très nombreuses espèces végétales et animales remarquables. Il est propriété du Conservatoire du littoral et du Conseil général du Finistère, et est classé depuis 1983. Une maison du littoral a été installée sur place dans une ancienne usine d'extraction d'iode (à partir du goémon).

Repost 0
15 janvier 2011 6 15 /01 /janvier /2011 15:13

Triskell.jpg

 

J'ai découvert  dans mon rayon préféré (...) ces petites (toutes petites) gourmandises signées Traou mad. Je suppose que leur création est récente, sinon vous pensez bien que je m'en serais régalée plus tôt. Ces petits galets, frappés d'un triskel (symbole celtique emblématique en Bretagne) se mangent comme rien. Un puis deux, puis trois... comme le petit Poucet, je suis le chemin. Sur leur emballage, on peut lire : " Les secrets des gourmands. Recette pâtissière tout au beurre ". Que le beurre soit la clé de la gourmandise n'est plus un secret pour moi depuis bien longtemps !!!

En tout cas, ces triskels sont bien mignons et très bons.

 

Repost 0
8 janvier 2011 6 08 /01 /janvier /2011 14:32

doc-martin-10369811dkdkj_1879.jpg

 

A ne pas manquer lundi soir sur TF1 (même si je ne connais pas la qualité du programme !) la nouvelle série Doc Martin qui a été tournée sur mes terres finistériennes, dans le pays de Quimperlé. Et notamment à Doëlan, le petit port de mes rêves (remarquez le magnifique ciel bleu sur la photo !). Adaptée d'une série anglaise, elle raconte l'histoire d'un chirurgien lyonnais  - interprété par Thierry Lhermitte) devenu généraliste en Bretagne à Port-Garrec. La vie du médecin est bouleversé et il doit s'habituer à sa nouvelle clientèle, très particulière... De nombreux habitants du coin apparaissent dans la série comme figurants.

 

Voici un extrait d'une interview (à lire sur le site internet de la série) de Pascale Breugnot, la productrice de la série :

Pourquoi avoir choisi la Bretagne pour accueillir l'action de la série ?
" Nous avons fait le tour de France pour trouver un endroit adapté. J'avais à l'origine très envie de tourner dans le Roussillon, une région mal connue alors qu'elle est magnifique, mais nous n'avons pas trouvé de lieu adéquat. Lors de notre visite à Doëlan, renommée Port-Garrec dans la série, nous avons été conquis. Cette ville était magique. Son petit port, beau et joyeux, évoquait celui d'un monde de poupées. On le croirait créé pour un dessin animé. La région présentait également une variété de paysages extraordinaires. Et nous avons eu de la chance pour ce tournage breton : sur 4 mois, nous n'avons pas eu un seul jour de pluie ! Sur place, nous avons reçu la complicité de la municipalité et des habitants qui nous ont très bien accueillis. Ils ont fait de la figuration, nous ont prêté des lieux pour tourner et suivaient l'évolution des personnages avec intérêt. Ils n'ont d'ailleurs pas été les seuls : les mouettes aussi se sont invitées sur le tournage. Leur présence a d'ailleurs posé quelques problèmes aux techniciens du son car il était totalement impossible de les faire taire pendant les prises ! "

 

Verdict :

je n'ai jamais accroché aux séries françaises (elles manquent de rythme à mon goût), celle-ci ne va pas franchement me faire changer d'avis. CEPENDANT, j'ai adoré repérer les petits coins que j'aime bien (oh le phare, oh la maison de Marie tempête, oh l'école de Quimperlé...). J'ai plutôt accroché à certains personnages : le policier municipal dépressif, Groslay père et fils, les deux pêchoux et leur boule à facettes... Et je pense que certaines expressions pourraient bien s'incruster dans le langage courant. A quand la fête de la mer et du bulot ?

En vous souhaitant...

 

Note du 11 janvier :

Incroyable, j'ai battu hier des records de fréquentation sur ce blog grâce à ce billet. Il semble que de très nombreux téléspectateurs de Doc Martin ont eu envie de savoir où se trouve réellement Port-Garrec. La série fonctionne donc très bien comme outil promotionnel de notre joli coin de Bretagne ! Le port de Doëlan – et sans doute plus largement les communes de Clohars-Carnoët et Moëlan-sur-Mer – doivent se réjouir du succès de la carte postale.


Repost 0
3 janvier 2011 1 03 /01 /janvier /2011 13:57

Sac Julie

Douarnenez est une terre d'artistes et de créateurs. C'est là-bas que réside Julie Kleim qui confectionne des sacs en tissu très originaux. Julie est une autodidacte. Elle a commencé par créer des choses pour elle avant de répondre à des commandes et d'installer son « Atelier de poche ». Ce qui était un hobby est devenu une véritable activité. Ses sacs sont désormais vendus sur internet, grâce à un blog (ainsi que dans les boutiques Lolies choses et Jeanne d’Arc à Douarnenez, à partir de 49 euros).

Ils sont réalisés à partir de tissus récupérés dans les brocantes, chez Emmaüs et dans les magasins spécialisés. Le travail de Julie part toujours d'un coup de cœur pour une étoffe dont elle sait tirer le meilleur. D'une pièce de canevas, d'un coupon d'imprimé japonais, d'une chute de dentelle, d'un napperon ancien, d'une pièce de velours... elle fait cabas, minaudières, besaces et pochettes en mélangeant harmonieusement les matières, les motifs et les couleurs. 

 

Livre Julie Kleim vient de publier un ouvrage de modèles à confectionner soi-même. Il décline cinq patrons : la pochette, la besace, le cabas, la gibecière et la minaudière en 20 réalisations différentes. Le livre est plein de bonnes idées pour valoriser des tissus et objets (boutons, rubans, broches…) de récupérations.

Les sacs de Julie, Julie Kleim, éditions L’Inédite, 84 pages, 20 euros.


 

Repost 0