Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Mon Finistère
  • Mon Finistère
  • : Les coups de cœur de Martine en Finistère.
  • Contact

Profil

  • Martine
  • Journaliste, je parcours le Finistère à la rencontre de ses habitants, de ses acteurs économiques et institutionnels, de ses paysages... J'ai eu envie de faire partager mes coups de cœur.
  • Journaliste, je parcours le Finistère à la rencontre de ses habitants, de ses acteurs économiques et institutionnels, de ses paysages... J'ai eu envie de faire partager mes coups de cœur.

Recherche

Archives

Catégories

14 juin 2010 1 14 /06 /juin /2010 13:11

Livre-Le-Gall.JPG

Dans les années cinquante, Marie-Yvonne vient au monde sur le tard dans une famille minée par la tristesse. Son père, ce menuisier taciturne et distant (un taiseux comme il en est beaucoup par chez nous), est ouvrier à l'arsenal de Brest. Elle et lui n'auront jamais réussi à construire même la plus ténue des relations. Tout leur univers semble habité par la mort, par des morts. Ceux que l'on a encadrés au-dessus de la cheminée et ceux que l'on a tenté d'oublier... La jeune fille grandit dans un monde de silence. Un silence douloureux chargé d'un secret que la narratrice est allée chercher dans les secrets de famille pour comprendre La peine du menuisier...

Ce livre de Marie Le Gall, qui faisait partie de la sélection du prix des lecteurs du Télégramme 2010, est d'une puissance remarquable. Il tente, avec beaucoup de justesse et d'émotion de mettre des mots là où justement il n'y en a jamais eus... Je vous en conseille la lecture et vous livre ce passage où il est question de notre gris, dont on parlait déjà ici...

« Je connais toutes les larmes enfouies dans le sol, dans la terre humide imbibée pour toujours. Les gouttes d'eau ont trouvé leur refuge. On croit qu'elles disparaissent au premier rayon tiède mais elles ne disparaissent jamais. Elles reviennent un jour le long des carreaux, écrasées et tremblantes sur les vitres. C'est pour ça qu'il y a du gris dans les yeux des Bretons, ces yeux qui ont pris la couleur parfois indéfinissable du ciel. Le gris est calme et reposant, il est la tristesse douce, celle qui s'infiltre comme la pluie dans la peau de ceux et celles d'ici. »

La peine du menuisier, Marie Le Gall, éditions Phébus.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Dominique 20/06/2010 13:33


Je savais que tu aimerais...
Bises,
Dominique


Martine 24/06/2010 13:12



C'est d'autant plus intrigant que je connais les lieux... je t'en reparle par mail.



Koll boued 15/06/2010 23:07


Noz vat,

Je lis acuellement "les ajoncs de la liberté". Le prochain sera surement ta proposition de lecture.


Martine 20/06/2010 08:55



Je note la tienne !