Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Mon Finistère
  • Mon Finistère
  • : Les coups de cœur de Martine en Finistère.
  • Contact

Profil

  • Martine
  • Journaliste, je parcours le Finistère à la rencontre de ses habitants, de ses acteurs économiques et institutionnels, de ses paysages... J'ai eu envie de faire partager mes coups de cœur.
  • Journaliste, je parcours le Finistère à la rencontre de ses habitants, de ses acteurs économiques et institutionnels, de ses paysages... J'ai eu envie de faire partager mes coups de cœur.

Recherche

Archives

Catégories

29 juillet 2010 4 29 /07 /juillet /2010 10:37

Livre Cornouaille

Le festival de Cornouaille s'est achevé le week-end dernier à Quimper. Mais, il reste un moyen de poursuivre l'aventure à travers un livre paru aux éditions Coop Breizh : Cornouaille, de fêtes en festival à Quimper, l’histoire d’une mutation d’un événement : de la fête folklorique au tremplin de la nouvelle création bretonne. Elle est racontée par Ronan Gorgiard, journaliste à Ouest-France et Jean-Philippe Mauras, directeur général et artistique du festival depuis 2002.

L’ouvrage reprend la chronologie des éditions de ce rendez-vous incontournable de l’agenda culturel quimpérois depuis le début du XXe siècle. Sa création remonte à 1922 et a pour origine l’inauguration d’un cinéma, l’Odet Palace. Son propriétaire, Louis Le Bourhis a l’idée de rassembler pour l’occasion les reines de Cornouaille. L’année suivante, la Fête des reines de Cornouaille est officialisée (contre la volonté du clergé, des communistes et des autonomistes bretons !) et l’aventure débute.

Une aventure à la longévité exceptionnelle qui aura rassemblé des milliers et des milliers de participants et de spectateurs. La Fête des reines devient les Grandes fête de Cornouaille puis le festival de Cornouaille et enfin tout simplement le Cornouaille. Sa programmation s’étoffe d’année en année avec l’invitation de groupes étrangers, la mise sur pied du triomphe des sonneurs, la création de grandes productions musicales, la révélation de jeunes talents…

Le livre se fait le témoin de cette évolution qui a épousé les débats qui ont secoué chacune des époques que le festival a traversées : les séquelles de la collaboration après guerre, les revendications d’indépendance de la Bretagne et de rattachement de la Loire-Atlantique, par exemple, et puis les inévitables querelles entre les anciens et les modernes autour des notions de culture et de folklore.

L’iconographie très fournie replonge le lecteur dans les éditions successives du noir et blanc à la couleur. Une place de choix est réservée aux hommes qui ont marqué l’histoire du festival : Louis Le Bourhis le fondateur, Fanch Bégot « le plus long président », Pierre Jakez Hélias, « la caution morale », Bernard de Parades, le précurseur, etc. Sans oublier toutes les reines que les fêtes ont sacré et dont on trouve une jolie galerie de portraits dans les pages centrales.

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

erell 31/07/2010 22:39


Et bien, je serai ravie de le découvrir. Car le festival de Cornouaille représente pour moi de merveilleux souvenirs d'enfance, de ceux qui m'ont poussée à l'adolescence, alors que je vivais en
région parisienne, à chercher à renouer avec la culture de mes grands-parents, et qui m'ont incité à persévérer jusqu'à ma découverte de la "Mission bretonne" au milieu des années 90. Je garde un
souvenir ébloui de ce festival où mes parents ne manquaient pas de m'emmener chaque année. Je crois qu'il m'a permis de me sentir bretonne, malgré l'exil géographique.
Grand merci de l'information, donc.


Martine 02/08/2010 19:41



Bienvenue Erell !


Pour avoir fait aussi une escale prolongée à la capitale, je sais que les Bretons de là-bas sont très titillés par leurs racines ! L'exil renforce le sentiment d'appartenance.



Littorine 31/07/2010 10:27


Un livre à découvrir ! merci pour l'info...Bon samedi Martine, tu vas ou ? on ne sait jamais :o))


Martine 02/08/2010 19:38



Je n'ai pas bougé ! Il va falloir que tu viennes un jour boir un jus dans mon bar à Banna...